Continental Tagline
Suggestions
Fiscal Year

Continental enregistre un flux positif de trésorerie disponible en 2020 et prévoit une croissance significative du marché en 2021

  • Chiffre d’affaires : 37,7 milliards d’euros (contre 44,5 milliards d’euros en 2019)
  • Développement du marché : -16 %/croissance organique du chiffre d’affaires : -12,7 %
  • Flux de trésorerie disponible avant acquisitions et effets de carve-out : 1,1 milliard d’euros(contre 1,3 milliard d’euros en 2019)
  • Résultat opérationnel corrigé : 1,3 milliard d’euros (contre 3,2 milliards d’euros en 2019)/marge d’EBIT corrigée : 3,5 % (contre 7,3 % en 2019)
  • Résultat opérationnel (-718 millions d’euros) et résultat net (-962 millions d’euros) négatifs en raison des dépréciations et des dépenses déjà comptabilisées
  • Le Conseil d’Administration de Continental propose de renoncer au versement des dividendes pour l’exercice 2020
  • L’avis du PDG Nikolai Setzer : « Sur le plan opérationnel, nous avons obtenu de bons résultats, compte tenu des circonstances. Nous avons mieux terminé l’année 2020 nous ne l’avions craint au printemps ».
  • En cette année anniversaire (2021 correspond à la 150e année d’existence de l’entreprise), Continental s’attend à une reprise significative du marché/le retour au niveau record de 2017 reste improbable avant 2025
  • Prévisions pour l’exercice 2021 : chiffre d’affaires consolidé d’environ 40,5 à 42,5 milliards d’euros/marge d’EBIT corrigée d’environ 5 à 6 %
  • Continental regroupe et accroît les investissements dans le secteur en croissance de la conduite assistée et automatisée (environ 200 à 250 millions d’euros supplémentaires en 2021)

Hanovre, le 9 mars 2021. Dans ce contexte où le marché a accusé un coup historique, Continental a su rester fort sur les plans opérationnel et financier au cours de l’exercice 2020, et a réussi à atteindre ses objectifs annuels ajustés. Selon les calculs préliminaires, le chiffre d’affaires de la société cotée au DAX pour le dernier exercice fiscal s’est élevé à 37,7 milliards d’euros (contre 44,5 milliards d’euros en 2019). La croissance organique du chiffre d’affaires a enregistré une baisse de 12,7 %, tandis que la production de véhicules particuliers et utilitaires légers a diminué de 16 % par rapport à l’année précédente. Dans cet environnement de marché extrêmement difficile, la société a réalisé une marge EBIT ajustée de 3,5 pour cent (contre 7,3 % en 2019). Cela correspond à un résultat opérationnel corrigé de 1,3 milliard d’euros (contre 3,2 milliards d’euros en 2019). La société a atténué l’impact économique de la pandémie de coronavirus en appliquant une discipline stricte dans ses dépenses et investissements. En conséquence, Continental a généré un flux de trésorerie disponible avant acquisitions et effets de carve-out de 1,1 milliard d’euros (contre 1,3 milliard d’euros en 2019).

Lors de la conférence de presse annuelle de Continental à Hanovre mardi, le président du Conseil d’Administration, Nikolai Setzer, a déclaré : « Sur le plan opérationnel, nous avons obtenu de bons résultats, compte tenu des circonstances, et nous notamment généré un flux de trésorerie disponible solide et positif. Mais en fin de compte, nous avons essuyé d’importants échecs. Cela s’applique à la fois au chiffre d’affaires et aux bénéfices. Cependant, nous avons mieux terminé l’année précédente que nous ne l’avions craint au printemps ».

Sur la base de ces résultats annuels, le Conseil d’Administration de Continental propose de renoncer au versement des dividendes

Au cours du dernier exercice financier, Continental a enregistré un résultat opérationnel de -718 millions et un résultat net de -962 millions. Outre la baisse du chiffre d’affaires, cette situation est due notamment à la dépréciation hors trésorerie des actifs de Goodwill, qui s’élève 649 millions d’euros (655 millions d’euros au 31 décembre 2020), et que nous avions déjà signalée en octobre 2020 et comptabilisée au troisième trimestre à la suite des ajustements sur les hypothèses de marché. À cela s’ajoutent les dépenses de 2020 et les dépréciations des immobilisations corporelles, d’un montant total de 998 millions d’euros, qui ont été engagées principalement dans le cadre du programme structurel. De ce fait, et conformément à la politique de gestion des dividendes de la société (à savoir la distribution de 15 à 30 % du revenu net), le Conseil d’Administration a décidé, comme annoncé précédemment, de proposer à l’Assemblée générale annuelle de cette année de ne pas verser de dividende pour l’exercice 2020.

L’équipe internationale de Continental maintient le cap face à la crise

Au vu des nombreux défis qui se sont posés aux collaborateurs du monde entier ainsi que des restrictions qui en ont résulté, M. Setzer a exprimé sa reconnaissance pour leur performance globale : « L’année 2020 a exigé de nous tous un effort considérable et sans précédent. La pandémie de coronavirus, la transformation de l’industrie automobile et la poursuite de notre programme structurel ont exigé beaucoup de travail de notre part. L’équipe Continental a réussi à prendre des décisions rapides et décisives. Elle a su relever des défis inhabituels avec créativité et limiter nos dépenses grâce à beaucoup de discipline. Pour cela, je remercie tout particulièrement tous nos collaborateurs du monde entier ».

Afin de continuer à travailler malgré la pandémie, Continental a élargi en 2020, dès l’apparition du problème, son concept de protection globale pour ses employés. Les collaborateurs de tous les pays se sont appuyés sur des plates-formes numériques internes pour partager leurs idées et réaliser des projets dans le but d’aider d’autres personnes à travers le monde. Ils ont ainsi mis en place de nombreuses solutions ciblées. Dans plusieurs endroits du monde, par exemple, ils ont immédiatement produit des équipements de protection pour eux-mêmes et leurs collègues.

Continental dépasse ses objectifs d’économies et maintient un niveau élevé de dépenses R&D

En 2020, Continental a réduit ses coûts fixes affectant ses dépenses de plus de 860 millions d’euros (soit 8 %) par rapport à la même période de l’année précédente. La société a ainsi atteint son objectif en économisant plus de 5 % sur ses coûts fixes affectant ses dépenses par rapport à l’année précédente. En outre, elle a réduit ses investissements en immobilisations corporelles et en logiciels de plus de 32 % par rapport à l’année précédente, pour atteindre 2,2 milliards d’euros au cours du dernier exercice (contre 3,3 milliards d’euros en 2019).

Tous les secteurs d’activité ont contribué à cette réduction. Son taux d'investissement s’est ainsi élevé à 5,9 %, contre 7,4 % pour la même période de l'année précédente.

En revanche, Continental a maintenu en 2020 ses coûts de recherche et développement (nets) au même niveau que l’année précédente, soit à 3,4 milliards d’euros. En raison de la forte baisse du chiffre d’affaires, le ratio est passé à 9,0 %, contre 7,6 % l’année précédente.

Une situation financière solide et à l’épreuve de la crise

Fin 2020, Continental disposait d’une réserve de liquidités extrêmement confortable pour ses besoins de financement : 10,7 milliards d’euros (contre 8 milliards en 2019), dont 2,9 milliards d’euros (3,3 milliards en 2019) de liquidités, ainsi que des lignes de crédit engagées et non utilisées d’un volume de 7,8 milliards d’euros (4,7 milliards en 2019).

La dette financière nette n’a connu qu’une légère hausse par rapport à la fin de l’année 2019, s’accroissant de 67 millions d’euros pour atteindre les 4,1 milliards. La diminution des fonds propres a provoqué une augmentation du ratio d’endettement (ou « gearing ratio ») par rapport à l’année précédente, qui s’élève désormais à 32,7 % (contre 25,6 % en 2019).

Perspectives pour le marché et prévisions d’activité en 2021

« Le quatrième trimestre nous l’a prouvé : le creux de la vague est derrière nous. L’environnement économique prend de l’ampleur », a expliqué Wolfgang Schäfer, directeur financier de Continental, qui ajoute : « L’exercice financier actuel a démarré lentement en raison du goulet d’étranglement qui affecte l’offre dans le segment des semi-conducteurs. L’impact de la pandémie actuelle de coronavirus reste un facteur d’incertitude. L’année 2021 restera donc globalement difficile. Nous comptons cependant sur une reprise significative du marché par rapport à 2020 ». La société prévoit ainsi une augmentation substantielle de la production de voitures particulières et d’utilitaires légers en 2021 par rapport à l’année écoulée, probablement de 9 à 12 %. En même temps, M. Schäfer a souligné que la société ne s’attendait toujours pas à retrouver avant 2025 le niveau record de production automobile mondiale enregistré en 2017.

Sur la base d’hypothèses concernant l’évolution de ses marchés et de ses industries, Continental prévoit un chiffre d’affaires consolidé d’environ 40,5 à 42,5 milliards d’euros et une marge d’EBIT corrigée d’environ 5 à 6 % pour 2021. Le chiffre d’affaires du secteur d’activités Automotive Technologies et de l’ancienne division Powertrain devrait atteindre environ 24 à 25 milliards d’euros, avec une marge d’EBIT corrigée d’environ 1 à 2 %. Le chiffre d’affaires du secteur d’activités Rubber Technologies devrait atteindre environ 16,5 à 17,5 milliards d’euros, avec une marge d’EBIT corrigée d’environ 11,5 à 12,5 %.


Une stratégie réalignée pour tirer pleinement parti de la mutation du secteur

Fin 2020, Continental avait déjà présenté les trois pierres angulaires de sa stratégie réalignée dans le cadre de ses journées dédiées aux marchés des capitaux : renforcement continu de la performance opérationnelle, stratégie de portefeuille différencié axée sur la création de valeur et utilisation cohérente des opportunités offertes par la mobilité en réseau et durable.

Dans le cadre de cette stratégie, Continental vise des objectifs à moyen terme ambitieux mais réalistes : « La croissance de la production mondiale de véhicules fait remonter notre chiffre d’affaires. À moyen terme, nous visons une croissance organique au niveau du groupe d’environ 5 à 8 % par an en moyenne. Nous nous sommes fixé un objectif d’environ 8 à 11 % pour la marge EBIT ajustée, et d’environ 15 à 20 % pour le retour sur le capital engagé », a expliqué M. Setzer, avant de rappeler : « Sur le marché de la mobilité, Continental sait se démarquer : grâce à notre équipe mondiale axée sur le succès, à notre portefeuille technologique tourné vers l’avenir et à notre expertise logicielle complète, nous serons parmi les grands gagnants de cette mutation du secteur de la mobilité ».

Des investissements accrus auprès des leaders mondiaux du domaine en pleine croissance de la conduite assistée et automatisée

Conformément à sa stratégie réorientée, Continental se concentrera d’une part plus fortement sur ses domaines en croissance et ses technologies orientées vers l’avenir. En s’appuyant sur eux, la société vise à bénéficier d’une croissance très largement rentable. Dans le même temps, Continental cherche à s’assurer des revenus dans les domaines de production qui ont déjà acquis une position dominante malgré un environnement de marché saturé.

« Cette stratégie trace clairement le chemin de notre succès, que nous poursuivons avec détermination. Notre activité d’avenir engagée avec les systèmes d’assistance du conducteur et de conduite automatisée en est un bon exemple. À cette fin, nous avons réuni toutes les ressources nécessaires et augmenté considérablement nos efforts. Rien que cette année, nous prévoyons de dépenser 200 à 250 millions d’euros en plus », a déclaré M. Setzer, qui a expliqué les objectifs ambitieux de sa société dans ce domaine en forte croissance : « Nous avons déjà une position dominante dans ce domaine. Nous continuerons à la développer de manière globale et accélèrerons notre montée en puissance sur le marché de la mobilité autonome. Nous ferons preuve de détermination et de cohérence afin de traduire en une croissance rentable les opportunités supplémentaires et attrayantes qui découlent de la forte dynamique de marché que connaît ce domaine. Dans le même temps, nous élargirons notre coopération avec les partenaires technologiques et les startups. Car le leadership technologique mondial en matière de conduite assistée et automatisée est et reste notre objectif ».

Continental fait partie des pionniers de la conduite assistée et automatisée. En 1999 déjà, l’entreprise technologique participait au développement du premier radar de régulation de la distance au monde (Mercedes classe S) et commercialisait son radar longue portée. Depuis cette époque, le marché des fonctions de conduite assistée se développe à une vitesse inouïe. Par exemple, rien qu’entre 2018 et 2020, Continental a reçu plus de 9 milliards d’euros de commandes dans ce domaine de la part de constructeurs automobiles du monde entier.

Le fournisseur d’outils de mobilité a l’intention d’élever ce niveau de manière significative, car la valeur de l’offre potentielle de Continental est appelée à se démultiplier dans les années à venir, au fur et à mesure de l’augmentation du degré d’automatisation.

Continental intègre la neutralité climatique dans son commerce mondial des véhicules à mobilité zéro émission

La conduite automatisée favorise une conduite prédictive et sûre, et donc une mobilité durable. Ce fait s’accorde avec les objectifs ambitieux que l’entreprise s’était déjà fixés avec sa feuille de route pour le développement durable au début du mois de décembre 2020 afin d’ouvrir la voie à une nouvelle norme industrielle et internationale. Une partie de ces activités concerne les véhicules zéro émission : à partir de 2022, Continental intègrera la neutralité climatique à son activité mondiale liée aux voitures, bus, trains et autres véhicules roulant sans émission de gaz.

Avec son programme, Continental met l’accent sur l’adoption d’une solution optimale pour le climat ainsi que sur le passage franc et en temps opportun à un nouveau paradigme. L’entreprise a donc opté pour une stratégie efficace à court comme à long terme : Continental travaille dur pour réduire son empreinte carbone, comme le montre par exemple l’introduction, dès 2020, de l’électricité verte dans toutes ses usines à travers le monde. L’ensemble de l’approvisionnement en électricité de Continental est ainsi devenu d’un seul coup neutre en CO2. La réduction des émissions de CO2 dans les usines se chiffre à près de 70 %, soit plus de deux millions de tonnes de CO2 par an. D’ici 2040, l’ensemble de la production doit avoir atteint la neutralité climatique. Continental prévoit d’atteindre une neutralité climatique totale d’ici 2050 au plus tard, afin que l’ensemble de sa chaîne de valeur puisse être neutre sur le plan climatique.

La force d’innovation va bien au-delà des ordinateurs haute performance et des superordinateurs

En 2020, Continental a encore renforcé son expertise technologique et a lancé sur les routes des millions d’exemples de mobilité sûre, connectée et durable. Le fournisseur d’outils de mobilité a réussi à réaliser plus de 800 lancements de séries conformes aux restrictions mises en place pour endiguer la pandémie dans le monde entier, et le secteur Automotive Technologies à lui tout seul a enregistré une production de plus de 1,4 milliard de composants et de systèmes. La poursuite de dépenses élevées en recherche et développement a renforcé la position technologique de l’entreprise.

En reliant ses pneus à des capteurs, des données de télémétrie, des algorithmes ainsi qu’au cloud, Continental esquisse les traits de la surveillance des pneus du futur. Le prestataire de covoiturage SHARE NOW bénéficie déjà de prévisions au millimètre près et en temps réel pour la profondeur des sculptures de pneus. À l’avenir, les solutions numériques intelligentes pour les pneus permettront d’en assurer la maintenance préventive. Le potentiel est de taille : au total, Continental a vendu près de 130 millions de pneus tourisme et géants dans le monde en 2020.

Une expansion et une numérisation des services sont également en cours pour ContiTech. Par exemple, la gamme de services relatifs aux systèmes de bandes transporteuses a été élargie avec succès pour inclure un service d’inspection par drone, dont les algorithmes sont basés sur l’intelligence artificielle (IA).

Le nouveau superordinateur de Continental est une pièce maîtresse dans le développement accéléré du domaine de l’automobile. Grâce à cet ordinateur, le plus rapide du secteur, l’entraînement de l’IA qui supporte les systèmes d’assistance du conducteur va considérablement plus vite. Grande nouveauté sur le marché : le premier système de direction assistée basé sur un radar fait l’objet d’un post-équipement sur les poids lourds. Dans le domaine des ordinateurs haute performance, le fournisseur d’outils de mobilité a su lancer les premières productions en série et faire passer son volume de commandes à plus de 4 milliards d’euros. La « success story » des logiciels Continental se poursuit donc de manière infaillible.

Au cours de l’exercice 2021, Continental poursuivra ses essais sur route pour la conduite automatisée et autonome dans des environnements complexes, ira plus loin dans ses avancées technologiques et lancera de nombreuses séries dans des domaines tels que les systèmes de freinage, la connexion 5G, le très haut débit, le développement de matériaux et l’interaction homme-machine, afin d’améliorer le confort, la sécurité et l’efficacité des véhicules, tous types de moteurs confondus.

Le programme structurel « Transformation 2019-2029 » : une perspective durable pour les collaborateurs

Avec son programme structurel déjà amorcé en septembre 2019, Continental assure également sa compétitivité et sa viabilité en ajustant sa structure de coûts aux conditions du marché mondial.

« La mise en œuvre de notre programme structurel mondial est bien engagée. Nous travaillons avec nos partenaires sociaux sur chacun de nos sites afin d’établir des solutions permettant de créer des perspectives durables pour les collaborateurs concernés tout en assurant la capacité de notre entreprise à s’adapter à l’avenir. Cette transformation ne sera pas de tout repos, mais la concurrence mondiale devient de plus en plus féroce, et seuls des ajustements appropriés peuvent garantir notre succès futur, et donc l’emploi », a déclaré M. Setzer.

Continental au cœur de la mobilité depuis 150 ans

En 2021, Continental fêtera son 150e anniversaire et présentera tout au long de l’année les jalons du développement dynamique qu’il a connu sur 15 décennies grâce à divers événements, voyages dans le temps interactifs et publications. « La libération par la mobilité nous tient beaucoup à cœur. Notre organisation soutient les gens dans ce domaine depuis sa création. Tout au long de cette aventure, elle a connu beaucoup de hauts et de bas. Nous vivons actuellement une profonde rupture industrielle. Nous nous appuierons dessus pour nous propulser dans cette nouvelle ère. Prochaine étape majeure dans notre programme : la transformation de notre organisation en un créateur technologique mondial de solutions en réseau. La mobilité jouera ici un rôle crucial. Pour y parvenir, nous nous appuierons à la fois sur nos forces traditionnelles et sur le développement approfondi des domaines de la numérisation, des logiciels et de la technologie du capteur », a expliqué M. Setzer.

Contacts

Vincent Charles

Vincent Charles Responsable Médias Tél.: +49 511 938-1364 Téléphone portable: +49 173 314 50 96 E-mail: