Suggestions
    Aller directement à
      Communiqué de presse
      août 05, 2020

      Continental fait mieux que ses marchés au cours d’un deuxième trimestre historiquement faible

      • Production mondiale de véhicules au deuxième trimestre 12,3 millions d’unités (-45 %)
      • Croissance organique -40 % / chiffre d’affaires 6,6 milliards d’euros (T2 2019 : 11,3 milliards d’euros)
      • EBIT ajusté -634 millions d’euros (T2 2019 : 865 millions d’euros) / Marge EBIT ajustée -9,6 % (T2 2019 : 7,7 %)
      • Résultat net -741 millions d’euros (T2 2019 : 485 millions d’euros)
      • Réduction des coûts fixes au deuxième trimestre de plus de 400 millions d’euros
      • Elmar Degenhart, PDG : « Dans le creux de la vague de la pire crise économique de l’industrie automobile depuis la Seconde Guerre mondiale, nous avons obtenu de meilleurs résultats que nos marchés. Nous gardons fermement le cap sur nos objectifs. Notre démarche dure pour freiner les coûts a un effet rapide et perceptible ».
      • Objectif d’économies pour 2020 : coûts fixes liés aux dépenses de plus de 5 %, investissements de plus de 25
      • Continental continue de s’abstenir de donner des perspectives détaillées pour l’année fiscale 2020

      Hanovre, 5 août 2020 : Comme prévu, les ventes et les bénéfices de Continental ont fortement diminué au deuxième trimestre 2020 en raison des effets de la pandémie de coronavirus. Continental a néanmoins surpassé ses marchés. « Dans l’industrie automobile, il n’y a pas eu d’effondrement du marché, tel que nous le connaissons actuellement, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Au premier et au deuxième trimestre 2020, au beau milieu de cette crise économique dans l’industrie automobile, nous avons obtenu de meilleurs résultats que les marchés respectifs de la Chine, des États-Unis et de l’Europe », a déclaré le Dr Elmar Degenhart, président du conseil d’administration de Continental, mercredi lors de la présentation des chiffres semestriels à Hanovre.

      Les recettes du groupe au deuxième trimestre se sont élevées à 6,6 milliards d’euros (T2 2019 : 11,3 milliards d’euros). Après prise en compte des variations du périmètre de consolidation et des cours de change, le recul enregistré est de 40 %. Dans le même temps, selon des données préliminaires, la production mondialede voitures particulières et devéhicules utilitaires légers a chuté d’environ 45 % au deuxième trimestre pour atteindre un total de 12,3 millions d’unités (T2 2019 : 22,1 millions d’unités).  En raison des fermetures temporaires d’usines dues à la pandémie de coronavirus, les chiffres de la construction ont été très faibles en Europe au deuxième trimestre avec 2,0 millions d’unités produites (-63 %) et en Amérique du Nord avec 1,3 million de véhicules construits (-69 %).

      En revanche, grâce aux programmes de subventions du gouvernement, la production en Chine a dépassé de 9 % le chiffre de l’année précédente, passant à 5,9 millions de voitures particulières et de véhicules utilitaires légers.

      Le bénéfice d’exploitation ajusté au deuxième trimestre a été de -634 millions d’euros (T2 2019 : 865 millions d’euros). Cela correspond à une marge EBIT ajustée de -9,6 % (T2 2019 : 7,7 %). Le résultatnet s’élève à -741 millions d’euros (T2 2019 : 485 millions d’euros).

      « C’est précisément dans une situation aussi difficile qu’il devient évident que Continental est tourné vers l’avenir et bien préparé aux crises. Nous continuerons à surveiller de près nos objectifs », a déclaré M. Degenhart. En plus de l’équipement d’origine dans l’industrie automobile, Continental bénéficiera de son positionnement transversal avec des piliers solides dans le domaine des pneus industriels et de remplacement. « Ces dernières années, nous avons constamment renforcé nos activités avec les clients industriels et finaux. Cela nous rend un peu moins dépendants des hauts et des bas de l’industrie automobile », explique M. Degenhart. L’activité de Continental avec les clients industriels et les clients finaux a diminué de 23 % au deuxième trimestre, ce qui s’est avéré beaucoup plus robuste que la production mondiale de véhicules, qui a diminué de 45 % au cours de la même période.

      Une plus grande discipline en matière de coûts, une réduction des investissements et des heures de travail

      Compte tenu de la détérioration inattendue de l’environnement, Continental a réduit ses coûts fixes au deuxième trimestre de plus de 400 millions d’euros par rapport à la même période de l’année précédente. Pour l’ensemble de l’année, l’entreprise estime être en bonne voie de réaliser des économies de plus de 5 % sur les coûts fixes par rapport à l’année précédente. « Nous continuons à avoir un bilan très solide. Les mesures de réduction des coûts que nous avons immédiatement prises y ont contribué. Notre démarche dure pour freiner les coûts a un effet rapide et perceptible. Cela nous permet d’élargir notre champ d’action et de garder le cap », explique M. Degenhart.

      Au deuxième trimestre 2020, Continental a réduit ses investissements en immobilisations et en logiciels à 448 millions d’euros (T2 2019 : 785 millions d’euros). Tous les secteurs d’activité ont contribué à cette réduction. Ainsi, le taux d’investissement est tombé à 6,8 % après 7,0 % au cours de la période comparable de l’année précédente, malgré la forte baisse simultanée des recettes. Pour l’ensemble de l’année, la société prévoit de réduire ses investissements de plus d’un quart par rapport à l’année précédente.

      À la fin du premier trimestre, Continental avait fixé son objectif d’économies pour les dépenses d’investissement à plus de 20 %.

      Les dépenses de recherche et développement se sont élevées à 809 millions d’euros au deuxième trimestre (T2 2019 : 917 millions d’euros). En raison de la forte baisse des recettes, le ratio est passé à 12,2 %, contre 8,1 % l’année précédente.

      Depuis le début du mois de juin, toutes les usines Continental du monde entier ont repris leur production. Cependant, dans certains endroits, la vie publique est encore restreinte en raison de la pandémie de coronavirus. L’utilisation des capacités de certaines usines est nettement inférieure aux niveaux d’avant la crise, en lien avec de la baisse significative de la demande mondiale. L’entreprise peut être amenée à ajuster temporairement la production de certaines usines en fonction de l’évolution de la pandémie et de ses conséquences. Environ 25 % de tous les collaborateurs dans le monde travaillent actuellement avec des horaires réduits. En Allemagne, environ 30 000 salariés ont travaillé en moyenne 5 jours de moins en juin.

      Toujours pas de prévisions détaillées en raison de l’incertitude économique

      Comme annoncé lors de son assemblée générale annuelle à la mi-juillet, Continental s’attend à un environnement de marché difficile au troisième trimestre 2020, bien que les chiffres de construction automobile en hausse indiquent des ventes plus élevées qu’au deuxième trimestre 2020. Néanmoins, selon toute probabilité, il sera nettement inférieur à celui du troisième trimestre 2019. Bien que le développement des affaires de Continental Group se soit amélioré au cours du deuxième trimestre, l’environnement économique est toujours caractérisé par une grande incertitude en raison de la pandémie de coronavirus en cours. Il reste donc difficile d’évaluer l’ampleur des effets négatifs sur la production, les chaînes d’approvisionnement et la demande. Continental continue donc à s’abstenir de faire des prévisions détaillées pour l’ensemble de l’année 2020. Pour l’ensemble de l’année, cependant, la société cotée au DAX prévoit que les ventes unitaires, les recettes des ventes et l’EBIT ajusté seront sensiblement inférieurs au niveau des chiffres respectifs de l’année précédente. En 2020, la baisse des revenus devrait également entraîner une baisse importante du cash-flow libre d’une année sur l’autre.

      Pour le troisième trimestre 2020, Continental prévoit une forte baisse de laproduction mondiale de véhicules dans une fourchette de -10 à -20 % par rapport au même trimestre de l’année précédente.

      Pour 2020, les estimations actuelles des observateurs du marché sont que moins de 70 millions de véhicules seront produits, ce qui signifierait une baisse de plus de 20 % par rapport à l’année précédente (2019 : 89 millions de véhicules).

      Trésorerie et équivalents de trésorerie à un niveau très élevé / Investissements considérablement réduits

      Au deuxième trimestre 2020, le cash-flow libre avant acquisitions et effets de carve-out s’est élevé à -1,8 milliard d’euros (T2 2019 : -29 millions d’euros). « Le flux de trésorerie disponible négatif au deuxième trimestre est une conséquence directe de la forte baisse de l’activité due à la pandémie de coronavirus », a expliqué Wolfgang Schäfer, directeur financier de Continental. Cette baisse est principalement due à la diminution du résultat d’exploitation par rapport à la même période de l’année dernière et à des effets négatifs sur le fonds de roulement. Ces derniers résultent de la volatilité des ventes dans les dernières semaines du deuxième trimestre et devraient se neutraliser à nouveau si la tendance des affaires se stabilise. À la date de clôture du deuxième trimestre, Continental disposait de 10,1 milliards d’euros de liquidités (mars 2020 : 6,8 milliards d’euros). En mai et juin, Continental a placé trois obligations pour un volume total de plus de 2,1 milliards d’euros et a en outre élargi sa ligne de crédit de 3 milliards d’euros auprès de ses banques principales.

      Continental accélère le développement de l’IA grâce à un superordinateur

      « La production de véhicules est actuellement en déclin, mais la transformation de l’industrie automobile se poursuit sans relâche. D’une part, nous devons constamment réduire les coûts et, d’autre part, nous devons continuer à investir spécifiquement dans le développement de nouvelles technologies », déclare M. Degenhart. Un exemple en est l’activité des systèmes d'assistance au conducteur, dans laquelle Continental est depuis longtemps l’un des leaders du marché et ne cesse d’étendre sa position.

      La semaine dernière, la société technologique a annoncé que depuis le début de 2020, elle fait avancer le développement des technologies futures avec un superordinateur unique dans l’industrie automobile.

      Les développeurs des sites de Continental dans le monde entier obtiennent de ce nouveau type de cluster informatique à la fois la puissance de calcul et l’espace de stockage nécessaires à des développements très complexes et à forte intensité de données. Il s’agit en particulier de ceux qui sont liés au thème de l’intelligence artificielle qui est nécessaire, par exemple, pour le développement de technologies futures pionnières en matière de conduite assistée, automatisée et autonome. Selon la liste actuelle du « TOP500 » des systèmes informatiques les plus puissants du monde, le nouveau supercalculateur de Continental occupe la première place dans l’industrie automobile. Ce faisant, Continental accélère son développement technologique de pointe et souligne ainsi ses compétences essentielles dans les domaines des logiciels et des réseaux ainsi que de l’architecture des systèmes.

      « Le logiciel est l’oxygène de l’industrie. Nous continuons à espérer une croissance énorme et rentable. La raison est simple, il y aura de plus en plus de fonctions dans le véhicule », a convaincu M. Degenhart. Cela augmente la valeur ajoutée des programmes informatiques. Il connaît une croissance à deux chiffres chaque année. « En tant que puissance logicielle avec plus de 20 000 spécialistes en logiciels et en informatique, nous sommes idéalement positionnés », a-t-il ajouté.

      Continental a par exemple déjà réalisé un chiffre d’affaires de plus de 3 milliards d’euros grâce au développement d’ordinateurs haute performance – le cœur numérique des véhicules modernes – calculé sur la durée de vie des séries de modèles respectives. Un seul client devrait recevoir plus de 2,5 millions de ces ordinateurs compacts à haute performance d’ici 2022. Cela fait de Continental l’une des principales entreprises du secteur dans ce domaine. Un serveur de véhicule particulièrement puissant a été récemment développé pour Volkswagen. Ce serveur d’application embarqué (ICAS1) permet un haut niveau de mise en réseau des véhicules pour les nouveaux véhicules électriques de la série VW ID, y compris l’installation rapide et fiable des mises à jour de sécurité par liaison radio. Continental prévoit plus de dix autres projets d’ici 2022.

      Le « pont Corona » : Des moyens innovants pour garantir la productivité et l’emploi

      « La transformation de l’industrie automobile et la gestion de la pandémie de coronavirus sont un grand défi pour nous tous. Elles entraînent des bouleversements profonds – chez Continental aussi. Nous les façonnons avec les employés et nous cherchons des solutions équilibrées et équitables, fondées sur nos valeurs, qui renforcent notre force d’innovation et sont adaptées à l’avenir », a expliqué le Dr Ariane Reinhart, vice-présidente exécutive des ressources humaines chez Continental. « Nous comprenons l’insécurité de nos employés et le fait que certains d’entre eux sont inquiets pour leur emploi. Mais nous utiliserons nos futures opportunités, surtout dans la crise. Pour cela, nous avons besoin d’une combinaison d’accords globaux avec les représentants des travailleurs et de solutions sur-mesure pour chacun de nos sites touchés », a-t-elle ajouté. Il s’agit maintenant de construire un « pont Corona », qui permettra de combler un écart de coûts de plusieurs centaines de millions d’euros grâce à des approches novatrices, tout en garantissant autant que possible l’emploi et la productivité. « La réduction du temps de travail est une approche judicieuse pour garantir la productivité, maintenir les perspectives d’emploi et les développer par la formation. Le temps supplémentaire doit être utilisé spécifiquement pour la qualification et la formation continue. Cela augmente l’employabilité de chacun », a-t-elle ajouté.

      Les activités hors industrie automobile se développent plus fortement au deuxième trimestre

      Le secteur d'activité Automotive Technologies a généré un chiffre d’affaires de 2,6 milliards d’euros (T2 2019 : 4,8 milliards d’euros) et une marge d'EBIT ajustée de ‑18,1 % (T2 2019 : 6,1 %). La croissance organique des ventes s’est élevée à -45,6 %.

      Le secteur d'activité Rubber Technologies a généré un chiffre d’affaires de 3,0 milliards d’euros (T2 2019 : 4,5 milliards d’euros) et une marge d'EBIT ajustée de 1,2 % (T2 2019 : 11,9 %). La croissance organique du chiffre d'affaires s’est établie à -33,1 %.

      Le secteur d'activité Powertrain Technologies a généré un chiffre d’affaires de 1,1 milliards d’euros (T2 2019 : 2,0 milliards d’euros) et une marge d'EBIT ajustée de -16,3 % (T2 2019 : 3,7 %). La croissance organique des ventes s’est élevée à -40,8 %.

      Documents disponibles

      Politique relative aux cookies

      Nous utilisons des cookies pour vous offrir une expérience optimale sur notre site Web. Cliquez sur « Accepter tout » pour autoriser tous les cookies ou sur « Modifier les réglages relatifs aux cookies » pour décider individuellement.

      Note: si vous acceptez l’utilisation de cookies de performance, vous acceptez également que vos données personnelles (adresse IP) soient transmises vers des pays tiers (comme par exemple les États-Unis). Ces pays tiers incertains n’offrent pas un niveau de protection des données comparable aux normes européennes. Dans le cas de certains fournisseurs tiers, tels que Google et Mouseflow, aucune autre garantie n’est offerte pour compenser cette lacune. Il existe donc un risque que les agences gouvernementales accèdent à vos données personnelles à la suite du transfert, sans que vous disposiez de moyens efficaces de protection juridique à cet égard.

      Pour plus d’informations sur les cookies de performance et le transfert vers des pays tiers, veuillez consulter la déclaration de protection de données.

      En cliquant sur le bouton « Tout accepter », vous acceptez explicitement ce principe. Le consentement peut être révoqué à tout moment en modifiant les paramètres des cookies. Le traitement ultérieur des données déjà collectées avant la révocation par le fournisseur tiers ne peut être exclu.

      Un cookie est un petit fichier de données stocké sur votre appareil. Nous utilisons des cookies pour fournir des fonctionnalités de base et pratiques, mesurer les performances du site Web et analyser le comportement des utilisateurs sur le site Web.

      Les cookies obligatoires sont toujours activés car ils sont indispensables au bon fonctionnement du site Web, ainsi que pour enregistrer votre consentement relatif aux cookies. Les cookies fonctionnels et de performance sont facultatifs. Tous les cookies facultatifs sont désactivés par défaut.

      Vous pouvez modifier vos réglages relatifs aux cookies à tout moment en consultant notre Politique relative aux cookies ou en effaçant le cache de votre navigateur. Les cookies seront automatiquement effacés 30 jours après votre visite.

      Afficher plus Afficher moins
      Retour
      Cookies obligatoires OBLIGATOIRES

      Ces cookies sont nécessaires pour vous fournir les fonctionnalités de base du site Web et pour garantir une expérience fiable et cohérente.

      Cookies fonctionnels

      Ces cookies sont utilisés pour fournir certaines fonctionnalités pratiques.

      Cookies de performance

      Ces cookies sont utilisés pour mesurer les performances du site Web et analyser le comportement des utilisateurs.